samedi 28 octobre 2017

There will be blood


Ce post philogyne suit le fil de mes cycles menstruels. C’est-à-dire que chaque mois, quand j’ai mes règles, je l’actualise en ajoutant des images, des liens, des textes ou des vidéos, les plus belles, les plus drôles ou les plus éloquentes sur le sujet. Si tu es d’humeur badine, tu peux t’amuser à calculer quand j’ovule.

Tu remarqueras que cette page est lourde et longue à ouvrir et qu’en plus, elle reste presque toujours sur la page d’accueil. Dis-toi que c’est métaphorique.

*28*10*17*

J’ai eu mes règles pour la première fois le 18 décembre 1997, d’après mon journal intime. Noël ! Noël ! Ma mère m’a emmenée au restaurant pour fêter ça. Je me souviens bien de son visage quand je lui ai annoncé, elle avait un grand sourire un peu gêné. Ce jour-là, c’était juste des tâches visqueuses au fond de ma culotte. J’avais 13 ans. Jusque-là, ma vie était juste un pur rêve de petite fille. J’ai plein de copines dont je collectionne les correspondances dans une grande boîte, j’ai 2 parents, 5 frères, 6 chats, 3 chiens, des poules et 2 poneys, je travaille bien à l’école et il fait beau tous les jours. Et sur ce, j’ai mes règles et on passe à l’année 1998. Quand je la regarde - j’ai tenu tout un tas de journaux à l’époque - je la trouve monstrueuse cette année. Je peux en faire un instantané grâce à la grosse boîte et aux journaux.




Au cours de l’hiver 1998, je subis des attouchements répétés de la part de mon frère aîné, Loïc. Cette fois, ça fait moins rire ma mère, qui m’enjoint au silence. Les attouchements tournent à la violence. En avril, mon père fête ses 42 ans, mon plus jeune frère ses 4 ans. En mai, Moustache, la chatte matriarche de la famille qui a bien dû pondre une centaine de petits, meurt ; le même mois je coupe mes cheveux longs, très court. En juin, je fête mes 14 ans, mon frère Loïc ses 17 ans et je me fais draguer pour la première fois de ma vie par les garçons de mon collège. J’ai pas mal grossi, je pèse 45 kg. En juillet, le 5, je fugue ; le 7, jour de mon retour, est une journée dont je ne me souviens pas. Le 12, mon frère cadet Samuel fête ses 11 ans. Le 17, mes parents tentent de se remarier selon le rite orthodoxe mais mon père ne se présente pas. Le 23 août, ils font part à leurs enfants de leur intention de divorcer. Ma mère quitte la maison quelques semaines plus tard, aux alentours de son 42ème anniversaire, en septembre. En décembre, mon aîné Rémi et mon cadet François fêtent respectivement leurs 16 et 9 ans. Le 12, je fais une excursion en Allemagne avec ma classe. Quand je rentre le 14 décembre, j’assiste à la tentative de suicide de mon père (barbituriques + alcool). Noël ! Noël ! À l’issue de l’année 1998, je pèse 35 kg et personne ne l’a remarqué. Ensuite, chats, chiens, poules, maison et rêve de petite fille, tout a été vendu, jeté ou abandonné dans l’année suivante, 1999. En 2000, il ne reste plus rien, juste la boîte et les journaux.

Voilà, ça c’est ma ménarche perso. Je ne peux même pas essayer de me convaincre que je n’y suis pour rien. Mon rêve de petite fille était une illusion, le couple de mes parents allait très mal depuis le début. Nos parents nous mentaient comme tous les parents mentent à leurs enfants « pour les protéger ». Les mensonges se sont additionnés et sont devenus de plus en plus graves. Les conséquences sont tellement indicibles qu’elles n’ont même jamais été dites depuis. Je suis la seule à remuer la merde, le reste de ma famille trouve ça très indécent. J’imagine qu’établir un rapport entre l’arrivée de mes règles et l’explosion de la cellule familiale est encore plus indécent.

C’est ce que je me disais ce matin, parce que justement, j’ai eu mes règles. Aux alentours de 6h, comme d’habitude, ça me réveille, 10 minutes avant que ça ne tâche ma culotte. J’ai le temps de me lever et de faire ces gestes mille fois répété… Mille ? Attends… Je ne suis pas fortiche en calcul et je n’ai pas gardé tous mes journaux menstruels, mais je peux tenter une évaluation sommaire puisque je suis un métronome branché sur la fréquence mensuelle aussi loin que je me souvienne. J’ai eu mes règles 1 fois en 1998. 12 fois en 99, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006 mais seulement 4 fois en 2007 parce que je suis tombée enceinte en mai. J’ai ensuite allaité pendant 3 mois, ce qui a retardé le retour des menstruations : j’ai eu 9 fois mes règles en 2008. 12 fois en 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 13 fois (je les ai eu 2 fois en décembre, tu te souviens ?) en 2016 et 10 fois en 2017. Ma calculatrice affiche 217. Comme j’utilise facilement une quinzaine de serviettes hygiéniques à chaque fois, j’ai reproduit ce geste au moins 3 255 fois. C’est marrant, c’est exactement la sensation que j’ai en le faisant.

Ah ah les nombres, c’est fou, quand on commence on ne s’arrête plus. Tiens, au lieu de calculer combien ça me coûte financièrement d'être une femme juste en protections périodiques (calcul déjà fait par d'autres : 23 500 euros), ou d'estimer l'ampleur du traumatisme psychologique qui s'est accumulé au fil du temps depuis que je suis active sexuellement et à cause de mon sexe (estimation infaisable), je vais plutôt compter ce que ça me coûte en matière vitale. Apparemment, une femme perd en moyenne entre 50 et 150 ml de sang par menstruation. Au-delà de 80 ml, elles sont considérées comme abondantes, ce qu’elles ont tendance à être chez moi. En multipliant 217 fois 80 ml et que j’ajoute encore un litre perdu en couches, eh bien j’obtiens plus de 18 litres.

18 litres. Bon, je sais que ce n’est pas du sang à proprement parler, mais pardon, c’est de la matière vivante fortement irriguée qu’il a bien fallu que mon corps fasse et défasse, avant d’en refaire. 18 litres, c’est le flux tendu qui me traverse depuis ce mois de décembre 1997. C’est ma rivière de vie et de mort, c’est le fleuve que j’ai pleuré. C’est ma source, c’est là que tout a commencé. C’est le même instant qui se répète différemment, comme cette eau dans laquelle on ne peut pas se baigner deux fois. J’assiste à cet instant que l'on a tabouté tous les mois, tout à fait convaincue de sa mysticité, de son sens et de sa réalité. Tout ce qui y est jeté est donné, emporté, impossible à retrouver. Je me transforme chaque jour, je me renouvelle de force, obligée d'assumer, je change à chaque heure, purée, j’arrête pas une minute d’être une femme.

Et il y en a encore pour me demander pour je suis fatiguée /  féministe...


*29*09*17*

Bust

*01*09*17*




*01*08*17*

Club Clitoris, Meredith Grace White

"Les recherches sur le sang menstruel sont toutes récentes, de même que la connaissance de l’appareil génital féminin, qui n’en est encore qu’a ses balbutiements. On revient de loin et nous sommes toujours empêtrés dans les tabous qui remontent aux débuts de l’humanité."
Les menstruations vues par deux femmes - Aloha Tallulah


*02*07*17*

Source : Cosmopolitan.com


"The first word that comes to mind is bitch. No joke. That time of the month brings serious fights." —Will B.





*03*06*17*
John Anna, Womanstruation



Ces hommes qui ont peur des menstruations

La femme qui saigne est dangereuse dans l’imaginaire patriarcal. Elle porte un regard sur le monde que l’homme ne possède pas. Un savoir basé sur l’expérience concrète de la vie, la filiation mère-fille, l’identité. Il y a aussi des hommes qui ont peur des femmes qui ne peuvent pas enfanter. Elles seraient dangereuses pour d’autres raisons : libertines, infidèles, incontrôlables. C’est comme si les femmes étaient toujours coincées entre les désirs et les attentes des hommes. Trop mères ou trop filles, mais jamais assez.

Simon Poirier
(Source : La Fabrique Crêpue)



*7*4*17


Marianne Rosenstiehl - The Curse


*9*2*17*


Thinx

Melograno - Hic est sanguis meus

*8*1*17*







*3*12*16*

Louelle Denor

Volubilis (Dream Generator)



Menstruation Machine

*1*11*16*

Ammunition - Montana Kitching

Satan Waterfall - Jess Su
The SHARK WEEK EXHIBITION



14 menstruation facts you should definitely know

#livetweeyourperiod // @_une_femme_
*3*10*16*

Hysteria - Kelley Mcmorris
Period Positive - Palashi Vaghela et Aditi Gupta

"Blood Born" - Rachel Boynton
Le fil rouge - Manuel de tes
premières Lunes


*2*9*16*

The Period Blog





Marianne Rosenstiehl





Littke Miss Strawberry - Liberty Antonia Sadler

*4*8*16*

***

18 commentaires:

  1. Beaucoup de ces images font penser à la revue Hara-Kiri d'une époque........ Ha Ha Ha, c'est adorable, vraiment, mais je te dis, j'ai toujours eu une grande intimité avec les personnes de ma vie qui ont compté....., en cela, tes billets à ce sujet me touchent......., leur affichage, c'est émouvant, oui......, et j'aime......, que dire d'autre, je vais continuer....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regardez, ceci est mon sang...

      C'est une si grande, si importante partie de notre vie. Le dédain, le dégoût qu'exprime la société à l'égard de nos règles, le prix que ça nous coûte,la honte qu'elles nous font porter, tout ça me heurte profondément. Alors que nous devrions les observer, les respecter et nous choyer quand elles arrivent...

      Supprimer
    2. Je regarde, oui, je vois, je touche aussi, je ne bois pas, même si dans l'effusion amoureuse et les joies du désir il m'est arrivé, oui, de boire et m'imprégner.... Le coût, oui, je m'en suis d'autant plus rendu compte ces temps derniers de par la proximité avec une jeune fille dont je suis très proche et très intime.... J'ai été très surpris lorsque suite à la rencontre avec cette personne (Grotte et Cambuse/Casemate défoncée) au sortir de l'abstinence les règles de cette femme, pourtant jeune, se sont définitivement arrêtées. Ce qui nous a grandement facilité l'existence vu l'Ardeur volcanique de nos rapports...... Là, donc, actuellement, j'ai même installé un calendrier du cycle de cette jeune fille pour suivre et vivre cela au plus près et au quotidien à leur approche aux fins de "observer, respecter et choyer"....

      Supprimer
  2. Définitivement arrêtées ? Quel calendrier pouvez-vous établir dans ce cas ? J'ai un peu de mal à établir une chronologie de vos événements. Sinon, il y a une explication assez "simple" à l'arrêt des règles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, à la relecture je vois où est l'origine de la confusion, Oups!. Il fallait lire: "Le coût, oui, je m'en suis d'autant plus rendu compte ces temps derniers de par la proximité avec une jeune fille dont je suis très proche et très intime actuellement.... J'ai été très surpris lorsque suite à la rencontre avec cette personne dont je vous ai parlé par ailleurs sur mon blog(Grotte et Cambuse/Casemate défoncée) au sortir de l'abstinence les règles de cette femme, pourtant encore jeune femme, se sont définitivement arrêtées." Elle avait eu deux enfants, n'en voulait plus, nous engagions une relation extrêmement puissante à tous points de vue.... Est-ce une explication. Je suis preneur de votre explication....

      Supprimer
    2. Oui, c'était un peu confus ! Du reste, il y a une foule d'explications possibles : elle prenait la pilule, elle était enceinte, ou bien ménopausée. Le sport de haut niveau peut également stopper le cycle menstruel. L'anorexie aussi. Et puis, tout un tas de trucs qui peuvent se passer dans la tête d'une femme et dont j'ai tendance à penser que ce n'est pas bon signe.

      Supprimer
    3. Elle avait choisi me stérilet pour contraception, mais l'explication médicale et psychologique est restée une menopause précoce et soudaine, sans autres effets... Et dont nous avons bien profité,

      Supprimer
  3. https://plus.google.com/113646908297377899588/posts/jZdDeC6gZYk

    Bonjour

    RépondreSupprimer
  4. Ce matin, j'ai reçu ça..... https://plus.google.com/photos/photo/116080843676615078898/6395952348280334754?icm=false

    RépondreSupprimer
  5. Super! J'ai été tellement déçu de voir disparu ce Délit -Cieux billet ces jours derniers.... Le voila réapparu !!!!

    Un nouveau cycle.....?

    RépondreSupprimer
  6. Statistiques à la noix! Mieux vaut du qualitatif, Hein!

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. Je fais partie de ces hommes qui s'intéressent beaucoup à ces cycles, et il est vrai que cela surprend toujours lorsque je m'y intéresse de près... Mon agenda indique les cycles de mes amies, le plus contraignant est de l'ajuster chaque mois, mais cela créée aussi une profonde intimité et c'est toujours émouvant pour moi d'être attentif, à l'écoute....

      Supprimer
  8. Wow!

    Géniaux les derniers ajouts et merci pour le lien avec les éléments textuels/aloha tallulah...

    Bien tendrement à Vous,

    RépondreSupprimer
  9. Coucou!

    J'apprécie toujours autant de te lire..... Je n'étais pas repassé depuis nos virulents (trop) échanges qui m'ont touché.

    A bien vite de revenir pour le cycle de novembre....;)

    RépondreSupprimer

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...