mercredi 20 septembre 2017

Les éditions V.




Voilà, je me lance.

Fan de fanzine, accroc au fais-le-toi-même, et comme depuis que je suis toute petite ce que je veux faire c’est faire des livres, alors voilà, maintenant c’est décidé, je fais des livres.

Par les pouvoirs qui me sont conférés, que les éditions V. soient !

Et les éditions V. furent.


Tu fabriques des livres ?!

Je les écris, je les illustre, je les mets en page, je les imprime, je les relis et je les distribue toute seule, oui (mais pas sans toi). Je travaille dans la plupart des cas à la main, sur du papier recyclé, avec un vieux photocopieur qui n’est même plus fabriqué aujourd’hui, une relieuse et un massicot. C’est du roots qu’il nous faut.

Chaque tirage est unique. Je peux vous garantir qu’ils contiennent TOUS des erreurs, des tâches aléatoires, des fautes et des coquilles grosses comme des palourdes. C’est entièrement ma faute. Pis : il n’y en a pas 10 qui ont la même mise en page, la même couverture et encore moins la même dédicace ! Chaque titre est destiné à évoluer et à s’améliorer au fil du temps, de mes ressources, de mon imagination… et de vos retours !


Quels genres de livres ?

Chaque ouvrage nourrit la même obsession : la femme. Son corps, sa sexualité, sa spiritualité, tout ce qui peut la traverser, tout ce qui peut la concerner ou l’intéresser.

“A feminist is any woman who tells the truth about her life.” 
Virginia Woolf

Concrètement, il sera question de méditation, de coloriages, de cocottes en papier, de textes érotiques, de fictions, d’ouvrages pratiques ou métaphysiques. La meilleure façon de te faire une idée, c’est d’aller faire un tour dans le Catalogue… Pour l'instant, je fabrique une demi-douzaine de titres différents.



Il va de soi que la production est ultra-limitée et qu’il peut y avoir quelques délais dans la fabrication/expédition. Je me réserve le droit d’interrompre à tout moment la fabrication d’un titre.

Ce qu'il faut dire de ces livres, aussi, c'est que ce ne sont pas vraiment des "livres". OK, ils ont des pages qu'on peut tourner mais en vrai, ils n'existent pas en tant que livres : ils ne sont pas référencés, ils n'ont pas d'ISBN et vous ne pouvez les trouver (pour le moment) nulle part ailleurs qu'auprès de moi. Ce sont des objets artisanaux, relativement fragiles, fabriqués un à un. Je n’ai pas vraiment de « stock », je les conçois à la demande, si j’en ai envie. D'ailleurs, je ne les vends pas : je les donne ou bien je les distribue autours de moi à l'occasion de divers événements (par exemple ici il y a quelques semaines, ou demain), à prix libre. Au fil des mois, de l’avancée de ma vie, de mon travail, j’aurai le plaisir de vous proposer ces mêmes ouvrages (et j’espère d’autres !) sortis d’une imprimerie, avec un code-barre derrière, vous pourrez les acheter et faire ma fortune autant que vous voudrez, mais en attendant, moi, ce que je veux, c’est fabriquer des livres. Parce que c’est mon kif et que je veux apprendre encore. Pour toi lecteurice, j'ai pensé à un échange de bons procédés.


Comment ça se passe ?

Vous pouvez vous procurer mes ouvrages... en participant à leur fabrication ! C'est assez simple : je tiens une wish-list sur Amazon (Pour les éditions V.) où je dresse mes besoins en papeterie : ramettes de papier en différents grammages, encre d'imprimante, crayons, enveloppes... Faites-y un tour après avoir fait votre choix dans mon Catalogue.

Vous pouvez aussi faire plus compliqué, plus personnalisé et m'échanger ce que vous voulez, du moment que ça se transmet par mail ou par voie postale. Je ne sais pas, un carnet de timbres, un sachet de graines de légumes, des chaussettes en taille 35, un bouquin ou un film d'Erika Lust ?

Dans tous les cas, il convient de me contacter par mail pour en discuter avec moi.


Au plaisir !!






> Quatre titres disponibles pour le moment. Quatre de plus très prochainement (des recueils de mandalas) !

> Venez nombreux et nombreuses au Festival de la Zouz, à la Folie, demain, jeudi 21 septembre 2017, mes ouvrages seront à prix libre et je dispenserai un petit cours d'écriture non-sexiste !!

lundi 18 septembre 2017

Dieu - Java



Avec ses paroles mythiques (c'est pas de la menthe à l'eau), on pourrait qualifier cette chanson de conte du pourquoi : pourquoi j’ai mal à la tête le dimanche ?

Parce que le septième jour, dieu créa la flemme.

Java, la Zazie du rap.

Vidéo : merci Albemouff.



vendredi 8 septembre 2017

Johnny Boy : approche et parade



J’avais l’air un peu trop amoureuse, ou trop déterminée à l’être, je sais pas, en tout cas, je lui ai plutôt fait peur. Je dois vraiment avoir l’odeur d’une princesse Disney, alors que je ne suis que stupre et égoïsme ! Non, non je ne suis pas tombée amoureuse, mais oui, j’avais l’intention de le devenir. Attends, attends, j’te raconte.



Human Anatomy - Sveta Dorosheva
Approche

Donc, je le rencontre, je me dis Oh la la et le trekking commence. N’imagine pas un interrogatoire serré et anxiogène avec force vino pour trouver la veritas, non, je fais ça avec douceur et circonspection : de loin, j’observe, j’écoute, ça me prend des semaines, l’air de rien. Il est toujours souriant avec moi, il cherche la conversation mais ça reste assez distant. Je questionne un peu ses amis, je prends note du rythme de ses beuveries, j’évalue aussi subtilement que possible sa vie sociale et je détermine la valeur de quelques critères moraux de base, par exemple son rapport à l’argent, à la nature, au travail, aux femmes, à la violence. J’ai ainsi découvert un curieux mélange de matérialisme et d’écologisme, avec une tchatche cultivée pas trop testostéronée, voire franchement cordiale, le tout largement saupoudré d’humour. Non, je n’ai pas un petit calepin où je compile mes renseignements, en vrai il m’a fallu des mois pour retenir son prénom. Je glane, je moissonne ici ou là, à l’occasion. En plus, j’ai un autre gars sur le feu (le « 96 ») et puis un amant sporadique (le plan Q), du coup je tiens moi aussi mes distances. On se lance de menues perches, des petites œillades amicales.

mercredi 6 septembre 2017

Johnny Boy : prémisses et rencontre






Ouhla ! Ça prend la poussière par ici ! Je vais ouvrir portes et fenêtres et faire rentrer de l’air frais dans les jours à venir. Et je vais même commencer tout de suite : je t’ai promis de te parler de Johnny Boy. C'est le mec que je suis avec.

C'est peut-être rapport à mon innocence (ah ah) que j'ai perdue maintenant que je suis grande (j'ai pas tout perdu je te rassure, je me suis encore trouvé de beaux restes de naïveté il n'y a encore pas si longtemps), mais elle a été étrange à nouer cette relation. J'ai rarement été aussi lucide et ça a rarement été aussi compliqué. Je voulais une relation sur-mesure et le plus long, bah, ça a été de prendre les mesures... 

J'y suis arrivée quand même.
Blanche neige - Franz Jüttner (1905)



Prémisses

Tu te souviens? J’en étais là, coincée au milieu de mon échelle de l’engagement, entre la peur de redescendre et celle d’aller plus haut, toute frustrée d’avoir autant de sexe que je voulais, mais pas un gramme d’amour à palper réellement, à me demander cékoilamouraufon ? Je voulais convoler, mais je commençais à me dire qu’il n’y avait peut-être pas chaussure à mon pied parce que je me faisais des idées 1) sur mes pieds 2) sur les chaussures qu’il me faut (merdique cette métaphore). Et si je me vautrais dans le fantasme, dans cette recherche d’un homme qui n’existe peut-être pas ? Et si j’allais au-devant d’une chimère ? Je vous fais un portrait de la chimère ?

dimanche 27 août 2017

Je serai alors à jamais bienheureuse


Je serai alors à jamais bienheureuse
Mes paupières brûlantes se refermeront,
Et je retrouverai le don des larmes.


"Facing Up To Reality 1989", pencil on paper, LAURIE LIPTON